Ordo Fratrum Minorum Capuccinorum 2

Log in
updated 8:43 AM UTC, Dec 7, 2022

Flavio Roberto Carraro OFM Cap. (1932-2022)

Il s’en est allé sur la pointe des pieds. Le frère Flavio Roberto Carraro, ancien ministre général et évêque émérite de Vérone (Italie), nous a quittés ce vendredi 17 juin 2022 à l’infirmerie des capucins de Conegliano (Italie). Né à Sandon le 3 février 1932 il entre très jeune chez les frères mineurs capucins de la province de Venise, recevant l’habit au noviciat de Bassano del Grappa le 14 août 1948. Il prononce ses vœux perpétuels le 23 mars 1953 et est ordonné prêtre à Venise le 16 mars 1957 par le cardinal Angelo Giuseppe Roncalli, qui sera canonisé quelques décennies plus tard. Il passe ses premières années d’expérience pastorale comme formateur et enseignant au séminaire séraphique de Thiene jusqu’en 1962. Il est alors envoyé à Jérusalem comme étudiant du Studium Biblicum Franciscanum, et obtient par la suite une licence en Ecriture Sainte à l’Institut Biblique Pontifical de Rome en 1965. L’année suivante (1966), frère Flavio est nommé directeur du studium théologique Laurentianum de Venise et enseignant d’Ecriture Sainte. En 1970, en plein après-concile, il est nommé recteur du collège international Saint-Laurent-de-Brindes à Rome, et retourne peu après dans la province de Venise, où il est élu vicaire provincial (1972) puis ministre provincial (1975-1981). Cependant, le Seigneur désirait qu’il continue à servir ses frères avec un cœur encore plus généreux, puisqu’en 1982 il est élu ministre général, et sera réélu à cette charge en 1988. Le père Flavio y donne le meilleur de lui-même, dans l’amour et le dévouement envers les frères du monde entier, en visitant toutes les circonscriptions, en fondant de nouvelles provinces et en étendant la présence de l’Ordre dans le monde par l’ouverture de nouvelles missions. Parmi tant de qualités qui restent mémorables, sa mémoire remarquable des noms de tous les frères mérite mention, ainsi que son attention à chaque personne, même après ses visites. En 1996, saint Jean-Paul II le nomme évêque d’Arezzo-Cortona-San Sepolcro (Italie). Il est consacré évêque dans la cathédrale d’Arezzo le 7 août 1996. Ce même pape le nomme ensuite au siège de Vérone le 25 juillet 1998, ou le frère Flavio restera évêque jusqu’au 8 juillet 2007, quand il renonce à ses fonctions pour limite d’âge. C’est lui, avant cela, qui accueille Benoît XVI lors du congrès ecclésial national de Vérone (2006). Revenu en communauté parmi les frères en juillet 2007, il est transféré en 2017 à l’infirmerie de Conegliano jusqu’à sa rencontre avec son Seigneur ressuscité et tant aimé.

L’ordre des capucins, l’Eglise et la mission ad gentes ont été les trois horizons de la riche existence cet humble fils de saint François d’Assise. Frère Flavio est parvenu à engager son Ordre dans le renouveau souhaité par le Concile Vatican II, au moyen des Conseils Pléniers de l’Ordre (1981, 1986, 1992) et de la publication des Fonti Cappuccine (sources capucines) - dont il avait vivement souhaité la réalisation. Il s’y appliqua aussi en tant que jeune secrétaire (1963-1964) du frère Clemente Vicentini, alors administrateur apostolique de Foggia lorsque saint Pio de Pietrelcina vivait encore, et en tant que président de l’Union des Supérieurs Généraux (1991-1994). Tisseur de relation, il a cultivé une profonde communion avec l’Eglise universelle en participant aux synodes des évêques de 1987, 1990, 1994 et à l’Assemblée pour l’Amérique latine de San Domingo (1992). Lorsque l’Eglise demandait la présence des frères mineurs capucins, frère Flavio, s’il le pouvait, répondait généreusement en envoyant ses frères. C’est l’engagement missionnaire des frères et de ses prêtres qui tenait le plus à cœur au frère Flavio, frère et évêque. Au sein de l’Ordre, il encouragea l’autonomie des jeunes circonscription, là où cela était possible, en favorisant les fraternités avec des supérieurs locaux et une formation des candidats enracinée sur le territoire. Il se dépensa aussi pour l’animation des clarisses capucines et de beaucoup d’autres sœurs d’instituts religieux d’inspiration franciscaine ou non. Il considérait la culture comme un moyen privilégié de transmission du charisme dans d’autres pays. Ce n’est pas par hasard qu’en 1992 saint Jean-Paul II le voulut membre de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples. Enfin, au cours de son service de gouvernement, frère Flavio eut la joie de voir accéder à l’honneur des autels beaucoup de ses frères capucins, parmi lesquels saint Léopold Mandić (1983) et saint Pio de Pietrelcina (2002), les deux saints de la miséricorde. Frère Flavio Roberto a été un père pour beaucoup de frères, pour beaucoup de prêtres et pour une multitude de gens ; et comme il arrive pour tout père, quand il nous laisse, même en s’en allant aussi discrètement que frère Flavio l’a fait, il laisse un grand vide, ainsi qu’un précieux héritage. Par nos prières de suffrage nous le confions au Seigneur de la vie, afin qu’il l’accueille dans sa miséricorde et lui accorde l’entrée dans la pleine joie de la Résurrection. Nous nous présentons en même temps nous-mêmes devant le Seigneur pour demander la grâce de recueillir le trésor de son témoignage de frère authentique et passionné. Il a su faire rayonner ce témoignage sur de nombreux frères, les portant ainsi à répondre avec sérieux à leur propre vocation. Il était allé rencontrer tous les frères chez eux, en visitant les circonscriptions de l’Ordre. Il voulait alors voir leurs visages et entendre leurs noms, que sa prodigieuse mémoire lui permettait de se rappeler : il saura le faire encore maintenant devant le Seigneur. 

Il a aimé ses frères. Que le Seigneur, qui récompense au centuple celui qui se donne par amour pour Lui, soit aujourd’hui la récompense de tous ses labeurs.

Dernière modification le jeudi, 23 juin 2022 09:33