Banner OFMCap FR

Log in
updated 2:39 PM UTC, Jul 16, 2024

Nouveau vénérable

Au cours de l'audience du 23 mai 2024, le Saint-Père François a autorisé le cardinal Marcello Semeraro, préfet du Dicastère pour les causes des saints, à promulguer le décret super virtutibus et fama sanctitatis du père Guglielmo Gattiani, prêtre profès de la province d'Émilie-Romagne.

C'est le mot « radicalité », jamais séparé de la pauvreté, entendue comme recherche de l'essentiel dans la vie, qui caractérise la figure du Père Guglielmo Gattiani, où l'expression typiquement franciscaine de « Mon Dieu et mon Tout » synthétise sa recherche de l'Absolu dans le dépouillement continu de soi pour s'ouvrir au Bien Unique et Suprême.  Un frère de l'essentiel, le Serviteur de Dieu ne cherchait pas l'ermitage pour être seul avec Dieu, mais pour vivre une «pauvreté austère », seule porte qui lui permettait d'entrer dans l'intériorité de Dieu et, de là, d'aller à la rencontre de l'autre et de lui parler des « choses d'en haut ». L'exercice de son ministère, à travers la rencontre des nombreux fidèles qui venaient à lui chaque jour, est caractérisépar un accueil sincère et bienveillant, jamais indifférent mais toujours attentionné, avec une inlassable intercession.  Le Serviteur de Dieu, avec sa radicale pauvreté, son obéissance empressée et sa chasteté fidèle, a pu dire à l'homme de son époque, et il crie encore à l'homme d'aujourd'hui, que la primauté de Dieu est l'essentiel d'une vie authentique vécue pleinement.

Le père Guglielmo Gattiani est né à Badi (BO) le 11 novembre 1914 et a été baptisé dans l'église paroissiale de San Prospero le 15 novembre 1914 sous le nom d'Oscar. Il passe son enfance à Badi en aidant ses parents dans la petite boulangerie du village. Don Pio Mazzetti, pressentant sa vocation, l'oriente vers les Capucins. Le 9 novembre 1924, Oscar entra au séminaire séraphique de Faenza où il termina l'école primaire, puis, le 10 septembre 1925, se rendit àImola pour le lycée. Le 15 novembre 1929, il commença son noviciat sous le nouveau nom de Frère Guglielmo de Badi, au terme duquel, le 17 novembre 1930, il fit sa profession religieuse. Il se rend ensuite à Lugo pour terminer sesétudes secondaires, puis à Forlì et à Bologne pour étudier la philosophie et la théologie. Le 22 mai 1938, il est ordonné prêtre et est envoyé successivement comme professeur dans les séminaires séraphiques de Faenza, Lugo et Ravenne. En 1944, il est à Cesena comme professeur pour les frères du lycée, tandis qu'en mai 1946, il est nommémaître des novices, service qu'il exerce jusqu'en août 1964, date à laquelle on lui demande d'être le père spirituel des novices. Libéré d'un engagement de présence continue, le Serviteur de Dieu, avec l'obéissance de ses supérieurs, commença à mener une vie de pauvreté, tout en s’engageant au service des Clarisses Capucines de Cesena.

En 1969, les supérieurs accédèrent à un désir qu'il avait nourri depuis longtemps : résider à Lagrimone où les Clarisses capucines, venues de Ferrare, avaient construit un nouveau monastère et y menaient une vie pauvre, pour en être l'aumônier et mener une vie de « pauvreté absolue » en étroite union avec Dieu. C'est à cette époque qu'il rencontra le Père Natale Montalti qui désirait partager la même expérience de pauvreté. Ils fondèrent le projet de la « Maison du Père », lieu de rencontre pour les jeunes, les familles et d'autres personnes, afin de créer une «Fraternité d'Amour Universel ». Le Serviteur de Dieu trouva le « petit lieu » tant désiré, pour vivre en fraternité, mener l'itinérance apostolique, cultiver la prière et la contemplation, et s'exercer à l'accueil des personnes qui s'y présentaient.

En avril 1980, il accompagna un groupe de Cesena en Terre Sainte et, en même temps, il demanda et obtint de ses supérieurs de passer une année sabbatique dans la communauté du Père Giuseppe Dossetti et d'y vivre son idéal de « pauvreté absolue ». De la Terre Sainte, le Serviteur de Dieu dut revenir au bout de six mois seulement, car il fut appelé à remplacer le responsable du sanctuaire du Très Saint Crucifix de Faenza.

Dans ce nouveau service, le Serviteur de Dieu devait se détacher complètement de ses initiatives antérieures, sans toutefois renoncer à vivre la « pauvreté absolue ». Sa présence quotidienne au sanctuaire, alliée à son austérité et àla cordialité de son accueil, amènera un grand nombre de fidèles à vouloir le rencontrer chaque jour. 

En 1985, poussé par la facilité avec laquelle saint Jean-Paul II utilise les moyens de communication, il mûrit et sentit l'importance de créer une télévision mondiale catholique en s'associant à Telepace. Le 15 décembre 1999, le Serviteur de Dieu se rend comme chaque jour à l'église pour administrer le sacrement de la réconciliation. Au moment d'entendre sa dernière confession, il est victime d'une crise cardiaque. Le prêtre qui venait d'entendre sa confession recueillit ses dernières paroles dans lesquelles il offrit sa vie pour l'Église, pour le pape et pour tous. Le décret super virtutitus et fama sanctitatis est la reconnaissance de la vie vertueuse du serviteur de Dieu. Un miracle étudié et approuvé par les autorités compétentes conduirait à sa béatification.